Conclusion

Avec l’avènement de l’internet, c’est toute la société de l’information se voit bouleverser dans tous les sens du terme. Aux médias traditionnels en l’occurrence la télévision, la radio et la presse, s’ajoutent maintenant les médias sociaux. Ces nouveaux relais d’information ont largement supplanté tous les médias traditionnels. Ils ont su attirer à eux en l’espace d’une vingtaine d’année à peu près tout un fort pourcentage que les médias traditionnels ont mis plus d’une cinquantaine d’année à avoir.
Par ailleurs, les entreprises, remarquant ce fort potentiel qui s’offre à eux pour toucher une large clientèle et optimiser leur visibilité, s’embarquent dans une stratégie de communication digitale dans les réseaux sociaux. Mais utiliser ces nouveaux canaux d’information nécessite toute un art pour l’exploiter à bon escient. Ce qui voudrait dire que le métier de community manager ne saurait être en aucun cas une question d’amateurisme.
Dans nos deux cas d’études c’est-à-dire les entreprises Aquarelle et La Redoute, on a pu apprécier pleinement les notions de crise et stratégies de communication plus ou moins adaptés pour mieux faire face à une situation de crise. L’image d’une entreprise est gérée par les community managers sur les réseaux sociaux. Pour le cas d’Aquarelle, il faut dire que la stratégie de communication adoptée par le community manager fut un échec total pour la bonne image de l’entreprise. Ce dernier, c’est-à-dire le community manager par manque d’expérience on va dire dans le métier, finit par donner une image assez mauvaise de la maison Aquarelle à cause d’un usage d’autorité et un manque de transparence dans ses actes. Contrairement à Aquarelle, La Redoute à su reconnaitre ses erreurs au plus vite et en rebondir.
Alors, il faut constater que les médias sociaux jouent un rôle extrêmement décisif dans une communication de crise. Ils ont la capacité d’amplifier facilement les situations de crises par le fait qu’ils soient liés entre eux mais aussi parce que les internautes sont une communauté qui nourrissent des liens de solidarité. On peut se demander de fait jusqu’où iront ces médias sociaux dans des situations de crises ?

BIBLIOGRAPHIE :
LIBAERT Thierry, La Communication de crise, Dunod, France. septembre 2010.
MUZARD Marie, Very bad buzz : Méthode pour préserver sa réputation sur internet. Eyrolles, Paris : 2015.
Jean-Noël Kapferer : Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Le Seuil, Coll. Points actuels, 1990
WEBOGRAPHIIE :

Le bad buzz du mois d’août 2012 : Aquarelle.com

Global Digital Statistics, janvier 2014 et l’Express, 28 Février 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s